« Le télétravail et le coworking sont des moteurs de l’économie ivoirienne »

04022012666_article4-300x168.jpgNous avons eu la chance d’interviewer Florent Youzan, web entrepreneur et fondateur du réseau Afriworkers, une plateforme de promotion de l’emploi en Afrique par le biais du télétravail, du coworking et de la mutualisation des compétences. Grand acteur du développement des TIC en Afrique, Florent Youzan nous livre son analyse du déploiement des nouveaux modes de travail en Côte d’Ivoire, et plus largement en Afrique de l’ouest : leur impact sur l’économie et leurs évolutions possibles, à l’ère du nomadisme permis par les nouvelles technologies.


Pourriez-vous vous présenter ?
Je suis Florent YOUZAN, Ingénieur informaticien de formation, architecte logiciel et spécialiste en gestion de projets informatiques. Aujourd’hui web entrepreneur, acteur du développement de l’Afrique par les TIC, j’anime une communauté de coworkers et des matinées d’agrégation de compétences. J’ai lancé en février 2011 le réseau Afriworkers.

Quelle est votre action au sein du réseau Afriworkers en tant que fondateur, et quelle a été votre motivation à fonder ce réseau? Mon action au sein du réseau Afriworkers est de définir les stratégies pour une meilleure promotion du télétravail et l’extension du réseau dans toute l’Afrique. Afriworkers est né de 3 constats simples : Le premier est qu’à Abidjan, comme dans toutes les capitales africaines, les employés font 2 heures d’embouteillages par jour pour se rendre au bureau, soient 20 jours perdus dans les embouteillages chaque année, 20 jours précieux de notre temps de vie car ils ne sont pas payés par l’employeur et ce sont 20 jours que nous aurions pu mettre au profit de notre famille ou de projets communautaires de développement. Ne serait-il pas possible de donner la possibilité aux employés de télétravailler pendant 1 ou 2 jours dans la semaine pour décongestionner nos routes ?
Le deuxième constat est que les entreprises et sociétés dans nos pays africains n’embauchent pas, non pas parce qu’elles ne le souhaitent pas mais tout simplement par manque de mobiliers et de locaux d’accueil. Ne serait-il pas possible de s’offrir des compétences africaines tout en leur permettant de travailler depuis leur domicile ou un tiers-lieu ? Le troisième constat est qu’en Côte d’Ivoire nous avons environ 4 millions de diplômés sans emploi. Vu sous un autre angle ce sont 4 millions de compétences non exploitées. Ne serait-il pas possible d’offrir à ces diplômés la possibilité de travailler sur des missions à distance depuis leur domicile, des centres spécialisés ou des espaces de coworking ? Ces sans-emplois ne pourraient-ils pas agréger leurs compétences pour réaliser des projets en télétravail ? Voici au tant de constats certes simples mais qui échappent malheureusement à notre attention constructive.


Pourriez-vous dresser un « bilan » des nouveaux modes de travail liés aux technologies de l’information en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’ouest?
En côte d’Ivoire comme dans tous les pays de l’Afrique de l’Ouest, nous découvrons ces nouveaux modes de travail liés aux technologies de l’information. Nos Etats en tant qu’autorités publiques n’ont pas encore intégré le télétravail et le coworking à leur feuille de route. Par contre des initiatives individuelles ou associatives s’emploient à présenter ces nouveaux modes de travail aux africains. Afriworkers en Côte d’ivoire et Jokkolabs au Sénégal sont des exemples d’actions concrètes.
Jokkolabs est un laboratoire d’idées tourné vers l’action. Il est animé par une communauté apprenante d’entrepreneurs dynamiques – catalyseurs et acteurs du changement – qui s’investissent sur les enjeux de demain pour créer des changements positifs et inventer un monde meilleur. Cette animation s’articule autour d’un espace virtuel et d’espaces de coworking. Afriworkers propose plusieurs services aux entreprises, chômeurs, diplômés, et tous ceux prêts à exercer leurs compétences à distance :

  • Un annuaire des télétravailleurs africains
  • La constitution d’équipes de télétravailleurs (team building et agrégation de compétences)
  • Coaching et formation
  • Diffusion d’un guide du télétravail
  • Diffusion de plusieurs vidéos de formation sur les intérêts du télétravail
  • Offres d’emploi à distance avec système d’alertes SMS vers 13 pays africains
  • Organisation de matinées de Coworking


Les matinées de coworking organisées par Afriworkers à Abidjan seront effectives très bientôt au Burkina-faso et au RDC. Ces matinées sont de véritables moments de mutualisation de compétences basée sur la structuration d’un réel réseau de coworkers, facilitant les échanges, la coopération, la créativité et l’innovation sociale. 


Le coworking et le télétravail se révèlent-ils être des moteurs de la croissance économique ivoirienne ?
Des télétravailleurs du réseau Afriworkers ont pu réaliser des missions à distance avec succès ! Et chaque jour nous recevons des nouveaux profils de télétravailleurs et aussi de nouvelles missions en télétravail. Travailler dans un bureau et en présentiel n’est plus une fiabilité pour la jeunesse ivoirienne qui a trouvé dans le télétravail, une meilleure manière d’exprimer ses compétences.

La première matinée de coworking à Abidjan a été un succès énorme. Nous attendions moins d’une dizaine de personnes et nous nous sommes retrouver avec plus de 35 participants, au delà de toutes nos attentes. L’engouement est tangible et très révélateur. Au cours de ces matinées de coworking, des affinités se créent, des relations professionnelles se sont tissées et des projets d’entreprises en télétravail voient le jour. eWorking Group, Numeric+, Doolawi Network, AESUS IT sont des « success stories » de l’impact du télétravail et du Coworking en Côte d’Ivoire.
Nous pouvons donc affirmer sans hésitation que le télétravail et le coworking sont des moteurs de croissance de l’économie ivoirienne et même de l’Afrique. Et notre continent gagnerait à promouvoir ces nouveaux modes d’organisation du travail. 


Quel bilan dressez-vous de la fracture numérique en Côte d’Ivoire et plus généralement en Afrique de l’ouest ?
En cote d’Ivoire comme en Afrique de l’ouest, nous vivons une double fracture numérique. La 1ère fracture numérique est entre les capitales européennes et nos capitales africaines et la 2ème fracture est beaucoup plus interne, entre nos capitales et les autres villes. Nos états s’emploient à offrir à nos communautés des outils technologiques et le réseau Afriworkers offre des initiatives de solidarité numérique et se doit de préparer ces communautés à accueillir ce transfert de technologies mais aussi ce transfert de modes de travail et de compétences. Il est trop prématuré de parler de développement de technologies en Afrique mais l’enjeu est d’avancer vers un meilleur développement. Et les intelligences s’agrègent autour de cette mission.
 

Quelles sont vos prévisions pour le développement de ces nouveaux modes de travail en Côte d’Ivoire?
Je ne saurai vous donner des prévisions exactes pour le développement de ces modes de travail en Côte d’Ivoire mais je peux vous dire que des initiatives comme Afriworkers en Côte d’Ivoire s’emploient à mettre en lumière le télétravail et le coworking. Notre mission est désormais orientée vers des actions concrètes et des résultats seront bientôt rendus publics. En rupture avec la logique d’unicité du temps et du lieu de travail, Afriworkers offre de nouvelles perspectives d’emploi en Afrique. En permettant l’auto emploi et le télétravail, nous participons à notre humble niveau à la réduction du chômage, de la pauvreté, et de la fracture numérique. Avec la capacité de développer une mutualisation des compétences dans toute l’Afrique et des espaces de coworking pour les télétravailleurs, nous pourrions écrire une nouvelle page de notre économie par le télétravail et le coworking. Dans quelques années nous ferons du télétravail et du Coworking de véritables leviers de développement de la côte d’Ivoire en particulier,et de l’Afrique en général. 


Source : Le Blog d'Eworky
fyouzan

Author: fyouzan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Aucune annexe



À voir également

ia.jpg

La sobriété technologique par les logiciels libres

Notre monde mène en ce moment une course effrénée vers des technologies dites émergentes. Et cela...

Lire la suite

maison.jpg

Nous avons trop de problèmes à résoudre en Afrique, pour chercher à créer le facebook africain !

La question de l’innovation fait débat en Afrique et plusieurs observateurs la présentent comme une...

Lire la suite