Nous avons trop de problèmes à résoudre en Afrique, pour chercher à créer le facebook africain !

maison.jpg

La question de l’innovation fait débat en Afrique et plusieurs observateurs la présentent comme une panacée. L’innovation ne doit pas être présentée comme une finalité mais plutôt le début d’un long processus longuement mûrir et peaufiner avec des objectifs clairs. Ce processus doit être inspiré par les acteurs, porté par une communauté et embraqué par plusieurs intelligences étroitement connectées et fortement basées sur la diversité.

Nos populations qui se trouvent dans les zones reculées ne sont pas toutes analphabètes, et leur intelligence n’est pas non plus en berne. On entend trop de préjugés qui confinent les initiatives et les expérimentations, alors quela richesse de l’expérimentation c’est le fait que menée par la passion, elle fonce, se crée un chemin loin des sentiers battus avec un objectif qu’on voit fleurir à chaque pas inconnu.

Il est vrai que certaines populations n’ont peut-être pas les codes pour comprendre ce monde qui accélère à chaque mouvement de la plus fine des aiguilles de l’horloge. Ce monde est certes défini en chiffres, en lettres mais il y a une sève qui manque à cette belle nature, c’est l’humanité car les peuples restent la meilleure source du bonheur. Ces populations ont leurs codes propres à elles qui alimentent chaque instant de leur quotidien et réinvente leur futur.

Dans une démarche d’innovation, nous devons comprendre que ce qui nous manque pour appréhender les contours de notre démarche se trouve chez celui qui est en face de nous. Nous devons absolument nous installer dans une démarche ouverte qui consiste à s’appuyer sur l’intelligence collective avec au cœur de toutes nos réflexions, ces populations qui redessinent le futur de leur quotidien.

Si nous voulons mettre en place, un dispositif ou un schéma de développement pour nos populations africaines, nous avons besoin de mieux les connaître, de clairement identifier leurs besoins et de prendre en compte leurs profondes aspirations, afin de mettre entre leurs mains des produits et des services qui répondent de manière concrète à leurs besoins.

L’Afrique a longtemps été présentée comme le continent de toutes les difficultés, le continent sur lequel il n’y a que guerres, famine, épidémies, tristesse et désolations ! Laissez moi vous dire que ce continent est en train de vivre une profonde transformation par ses filles et ses fils, qui arrivent à le présenter clairement comme le continent de la résilience créative et le carrefour des possibles. Ceux qui refusent de changer de perception sur ce continent estiment qu’il est inondé de problèmes mais; je dois vous le dire et cela choquerait peut-être certains d’entre vous, l’Afrique est riche de ses problèmes. Il nous faut changer notre regard sur l’Afrique. Le futur n’est pas en berne en Afrique !

L’innovation en Afrique ne doit pas s’embellir de ce que la technologie est en mesure de faire mais, s’appuyer sur chaque opportunité que nous sommes à mesure d’extraire de nos problèmes, de nos difficultés et de nos divergences. Il faut que la jeunesse qui pense innovation et créativité comprenne d’abord quels sont les problèmes des africains et décline chaque problème en une opportunité. Je fais une nette différence entre la créativité et l’innovation. La créativité appelle à un changement de perception et l’innovation consolide notre capacité à changer le quotidien de nos populations ! J’invite tous les jeunes porteurs de projets en Afrique, a juste changer de perception sur nos problèmes. Chacun de nos (nombreux) problèmes est une opportunité immense à laisser fleurir. Et pour faire diffuser le parfum de cette opportunité, nous avons le numérique qui est une véritable aubaine. Mais le numérique doit se conjuguer avec notre culture et nos aspirations. N’oublions pas que si le numérique est considéré comme un outil d’accélération de notre développement, il doit s’adapter et s’adopter !

Notre mission fondamentale est de faire en sorte que le service ou le produit que nous créons, change le quotidien de nos populations. Si vous créez un excellent service et que cela ne change pas le quotidien des populations, ne s’adapte pas à leur réalité, et n’arrive pas à être adopté par ces populations, cela est tout sauf une innovation. C’est ainsi que nous devons comprendre l’innovation en Afrique ! Nous avons trop de problèmes à résoudre en Afrique, pour chercher à créer le facebook ou le whatsapp africain !




fyouzan

Author: fyouzan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Aucune annexe



À voir également

tamtam.png

TAMTAM : un hackathon virtuel ... Ensemble laissons courir notre imagination et donnons vie à nos idées de projets pour l’Afrique.

En décembre 2017, Société Générale a lancé un grand hackathon dédié au parcours de vie de...

Lire la suite

ecole_de_la_vie.jpg

L'école de la vie !

Nous sommes résolument toujours tournés vers la systématisation de la collaboration dans le...

Lire la suite