Ma lettre à la jeunesse africaine - «L'Afrique doit désormais être le reflet de l’aspiration de sa jeunesse»

africains.jpegCrédit photo : senego.com


Le paysage est gris ce matin, un matin comme les autres seulement que le coq du village n'a pas eu le temps de chanter. Le tam-tam parleur depuis son retranchement se fait entendre mais, d'une mélodie presqu'inconnue, qui annonce un temps froid et difficile, et invite à la reconversion.

J'ai donc décidé sous le poids de ce paysage aux colorations tristes, de retranscrire les vibrations du tam-tam parleur. Nos présidents africains ne veulent plus malheureusement prêter l'oreille au tam-tam parleur. Nous avons fait d'eux des présidents africains, pardon que dis-je, des rois. Lorsqu'ils sont tous arrivés sur le trône tant convoité, ils ont effacé les traces du chemin qui les a conduit au pouvoir, installant la jeunesse dans le désespoir et la dépression. Ils ont offert à la jeunesse africaine une place de strapontin, la triste place de figurant dans leurs programmes de société.

Lorsque tu seras en train de lire ces lignes et parcourir les contours de chaque caractère portant gravement les articulations de chaque mot, qu'il ne te vienne même pas à l'esprit que je sois en train de me lamenter. Je n'ai pas visiblement le temps et l'intelligence pour ça!  Je ne suis pas non plus en train de pleurer sur notre avenir mais, cette lettre qui se laisse découvrir au son du tam-tam parleur est un appel à la révolution, à la reconversion et à l'action. Notre continent ne doit plus être le champ d'expression des politiques informes et vides d'un groupe d'individus qui a décidé de faire de son propre continent, la terre de ses funestes loisirs au détriment du peuple. L'Afrique doit désormais être le reflet de l’aspiration de son peuple et surtout de sa jeunesse.

Jeune africain, si ton avenir a un sens pour toi, un sens qui n'est pas celui que les autres lui donnent, alors je t'invite à le rediriger. Nos propres dirigeants ont réussi à te faire accepter que l'Afrique est un continent sur lequel il n'y a que malheurs, désolation, difficultés, problèmes, guerres et famine. Même nos pseudo-politiciens ont tout mis en œuvre pour mettre ce continent à sang. Mais, je voudrais te dire que l’espoir est permis et que tu dois accepter de te relever et de marcher vers ton avenir qui sera aussi celui de l'Afrique. Jeunes africains, ne perdez pas de vue vos objectifs car, l'avenir de l’Afrique sera une révolution menée par sa jeunesse. L'avenir de l’Afrique c'est en Afrique, par les africains et pour les africains. Où que vous soyez, quelques soient les conditions dans lesquels vous vivez, même si la vie a réussi à vous mettre à genoux sous le poids des difficultés, sachez que vous n'êtes pas des laissés-pour-compte. C'est justement vous, les artisans du futur développement de l'Afrique et de la transformation sociale de chaque africain. L'Afrique mal-aimée a besoin de vous !

Le bonheur est juste à coté de vous, en Afrique et non sous d'autres cieux. Saisissez dès aujourd'hui cette chance et acceptez de vivre libres et dignes. Ne vous contentez pas de l'avenir bâti par les autres sinon, vous n'y serez que de simples et pauvres figurants. Nous méritons mieux que ce désespoir que nous servent nos dirigeants africains, qui n'ont que pour programme de société, la seule et avide envie de se maintenir au pouvoir. Chaque jeune africain doit renoncer au désespoir et construire son avenir de ses mains et y laisser fleurir ses profondes aspirantes. C'est la seule façon de révéler notre richesse et de vivre pleinement notre dignité. Depuis l’abîme dans lequel vous pensez avoir été précipités et piégés, relevez-vous, armez-vous de courage et rebaptisez votre avenir. C'est ainsi que vous dominerez le futur.

Le désespoir a conduit de nombreux jeunes africains à la mer, certainement à la recherche du bonheur. Oui mais, quel bonheur ? Ce n'est pas cela l’héritage que nous ont laissé nos ancêtres. Jeunes africains, vous qui fuyez le désespoir à la recherche du bonheur, sachez que la terre n'est pas plus fertile ailleurs. En Afrique, nos ancêtres nous disaient, qui nomme domine alors, je vous invite à nommer votre avenir, rebaptisez-le et vous le dominerez pleinement …

Je vous en supplie, ne laissez personne vous raconter l'histoire de nos ancêtres et écrire votre propre histoire à votre place. Notre avenir se trouve ici sur la terre de nos ancêtres ! Nous avons juste oublié de cultiver l'héritage qui nous a été laissé. Reprenez confiance en vos potentialités et redevenez les architectes de notre avenir car chacun de nos problèmes est une idée d'entreprise.

Le développement de l'Afrique passera par le développement personnel de chaque africain et surtout de sa jeunesse. C'est cela tout le sens de ma lettre ! Au cœur de toutes les difficultés que nous vivons, se trouve une richesse.

Tous, vous font croire que l'Afrique n'est que difficultés, guerres et famine. Mais laissez-moi vous dire qu'il y a aussi l'Afrique des valeurs ; L'Afrique des valeurs, c'est cette Afrique où l'on mange à sa faim quand nous cultivons ce que nous devons consommer et consommons ce que nous cultivons. L'Afrique des valeurs, c'est cette Afrique où l'on arrive à se soigner quand on ne renonce pas à nos plantes, nos traditions et notre culture. Le Succès n'est que l'envers de l 'échec. Ne l'oubliez jamais … car la reconversion des mentalités sera le début de notre victoire sur la pauvreté, le chômage et l'ignorance !



Florent YOUZAN

fyouzan

Author: fyouzan

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Aucune annexe



À voir également

fasomap.jpg

Des jeunes africains ont fait l’expérience de partir de zéro

Le Logiciel Libre accessible et ouvert à tous sans aucune restriction permet de prototyper...

Lire la suite

dsc_0050_2.jpg

(Re)Humanisons notre informatique en Afrique

Il est temps que nous (re)humanisons l’informatique et (re)solidarisons les peuples par le...

Lire la suite